La zoothérapie, tendance en vogue

Lorsqu’on a recours à un animal comme moyen thérapeutique auprès d’une personne présentant des troubles cognitifs, psychologiques, mentaux ou même sociaux, on parle de zoothérapie, ou bien de thérapie assistée par l’animal. De plus en plus appelée médiation animale, elle est reconnue depuis peu. La découverte de ce grand principe de thérapie un peu particulier repose sur le fait qu’il y ait interaction entre l’homme et l’animal, qui coopèrent le plus fréquemment aux séances de zoothérapie.

Il est à préciser que cette dernière ne guérit pas les maladies, du moins, il n’y a encore eu aucunes manifestations à ce sujet. Néanmoins, elle permet d’améliorer la qualité d’une vie ainsi que la santé physique et/ou mentale d’une personne en utilisant l’animal comme médiateur. La patient pris en charge peut décider d’être placé ou non dans une institution dédié à cet effet, en soutenant le fait que la zoothérapie s’appuie sur un phénomène naturel qui est le lien entre l’homme et l’animal.

Un peu d’histoire

Dès le début du IXème siècle que l’animal est utilisé à des fins thérapeutiques, où des convalescents devaient garder des oiseaux, et où il fût constaté des améliorations physiques. Il faudra attendre 1872 pour que soit crée une institution où des malades mentaux étaient en charge de certains animaux. Boris Levinson, professeur en psychiatrie, utilise chats et chiens au cours de séances pendant lesquelles il reçoit des enfants autistes. Il se lance alors dans l’effet catalyseur des animaux envers ses patients.

Les bienfaits de la zoothérapie sont nombreux, elle permet d’intervenir auprès de personnes présentant des troubles sociaux, psychologiques et/ou physiques. Par exemple, elle peut aider une personne à :

  • Percevoir la vie de façon plus optimiste,
  • Modifier certains comportements, comme le repli de soir, notamment pour les personnes en état de privation sensorielle,
  • Surmonter un moment difficile faisant suite à un choc psychologique ou émotionnel, en tout cas atténuer le mal-être
  • Favoriser la relaxation
  • Diminuer la tension artérielle liée à un quelconque état de stress
  • Rétablir l’estime de soi et aider à se sentir plus utile
  • Combler un besoin émotionnel
  • Interagir plus aisément envers autrui et éviter de s’isoler
  • Créer un lien avec l’environnement naturel
  • Se sentir aimé sans conditions

Dans sa généralité, la zoothérapie aide de nombreux patients à avoir de nouveau confiance en eux, ce qui est fondamental à la reconstruction mentale, pour grandir et même vieillir.

Les animaux utilisés le plus souvent

Le chien, étant considéré comme l’animal majeur, possède des prédispositions qui rendent possible un travail en profondeur auprès de patients. Le cheval, considéré comme un médiateur de grande qualité de par ses capacités d’empathie exceptionnelles. Le chat apporte par sa simple présence un apaisement réel aux personne en manque de stimulant dans leurs capacités. Et enfin le dauphin, où l’échange est basé sur le multisensoriel, permet d’interagir avec le cas d’autisme.

En somme, même si l’animal est un « outil thérapeutique », cette pratique se déroule dans un environnement sain, sécuritaire et dans le respect de l’animal. Il est indispensable que chaque activité se déroule dans le cadre de l’épanouissement, sans que l’animal soit forcé, impliquant des professionnels en zoothérapie animalier avec une connaissance sûre de la pratique énoncée.